Malgré d’être privé, le E-cat 28 octobre a réussi.

Finalement les résultats sont arrivés. Ce dernier 28 Octobre Andrea Rossi a réussi montrer aux investisseurs privés les résultats de son modèle 1MW de réacteur de fusion froide.

Les expérimentes ont été conduites par le même Andrea Rossi et son main droite Prof. Guiseppe Levi. Uniquement 30 invités furent appelés à regarder l’expérimente. Il y a des raisons pour ca ; la première est que l’investisseur veut rester anonyme encore avec ses ingénieurs et scientifiques qui ont été là pour évaluer l’exécution du réacteur. La deuxième est qu’il avait des problèmes aussi mais malgré tout, les résultats ont été définitifs. Il est mis en marche.

Les gens ont commence à arriver environ 10hrs mais tout s’était déroulé à partir 11hrs.

Un grand genset, qui fait bruit dedans un conteneur maritime avec le 1MW E-cat, a fourni toute l’énergie. Lorsque les logements de températures ont réchauffé, la réaction les a soutenus. Les ingénieurs ont vérifie que les niveaux de puissance étaient stables.

Il y avait 100 modules E-cat avec 3 logements de réaction chacun. Le vapeur a été produit par des unités et ils ont été jetés dehors par deux pipes. Le vapeur ne s’est mis pas en utilization cette fois, mais il a été tubé dans deux radiateurs qui les distillent et les remettait dans le système, sans aucun déchet d’énergie.

Ces unîtes ont été contrôlés par des ordinateurs qui aussi enregistrent les températures. La température a toujours basculé entre les 19°C d’entrée et 109°C de sorti. Déjà épreuve du fonctionnement, n’est pas ?

 

Et maintenant, le plus grand concerne de tous en écoutant la parole « Fusion » : la radiation.

D’ailleurs, la fusion passe entre 1g de hydrogène et le nickel dans une unité hermétique. Le nickel se fuse avec l’hydrogène – à cause de qu’ils sont a seulement une unité de séparation dans la table atomique – et finalement des cendres de cuivre sont produites. Quelques fois, le palladium peut s’utiliser comme un catalyseur.

Dr. Bianchini de l’Université de Bologne a été le responsable de contrôler et de mesurer les niveaux de radiation qui ont été détectés entre les niveaux normales.

Ca, selon Prof. Levi, parce que le E-cat a un dispositif construite par de l’eau, que fonctionne comme un écu contre la radiation avec aussi le fer, le fil et un revêtement final.

 

Tests, tests et encore plus des tests.

 

On aurait bien entendu déjà sur les tests faites en Octobre 6, il y a moins d’un mois, donc, quelles sont les différences ?

Dans le premier test, 1 de 3 réacteurs ont été utilisés. Les quantités d’hydrogène et de catalyseur nickel ont été réduites aussi en comparaison de cette fois.

Les deux fois, les réacteurs on travaillé en mode « auto-soutien » mais par des différentes raisons : la première fois parce que on a enregistré une perde d’énergie au système écu d‘eau et la deuxième parce que il y a eu un problème : la manque de plus d’ordis pour contrôler les unités.

À différence, les résultats de la première fois, impressionnant aussi même, mais ils ont marqué la production de 25.8Kwh en consommant seulement 3.9Kwh. Le fameux COP 6. De l’autre coté, les expérimentes du 28 Octobre ont montré une production de 479Kw par heure pendant 5,5hrs que l’expérimente a pris. 87,09Kwh en consommant aussi 3.9Kwh.

Et moi … ?

 

Ces sujets sont très loin de la majorité de nous tous, mais en faisant un peu d’histoire on peut bien comprendre. Les révolutions industrielles sont nées à partir d’un changement de combustible. La première fois en utilisant le charbon, les trains, locomoteurs et bruleurs ont chauffé pour produire de vapeur.

La technique était bien difficile en raison des périls pour l’ingestion du charbon et autres gazes aussi comme le grand espace compris pour les dispositifs. C’est comme ça que l’homme a changé vers sa deuxième révolution industrielle, le pétrole.

On est dans une saison des changements irréfutables mais aussi immédiats. Avec ça des nouvelles sources d’énergie sont découverts mais, on ne connaît rien encore sur une troisième révolution industrielle, n’est pas ?

Pour ce type d’énergie nucléaire, l’E-cat ne vous demande des plantes comme en Tchernobyl ouFukushima. L’E-cat vous demande un espace pas plus grand que ce d’un conteneur maritime pour produire 29 fois plus la consommation d’énergie que notre corps en a besoin. Chaque jour un européenconsomme KWh pour tous ses activités. Une ampoule produit 1KWh pendant toute une journée.

Avec  des épreuves plus solides, on peut bien estimer l’économie. Le cout de $2,000USD par KW peut se réduit en $100USD lorsque l’E-Cat est produit en masse. Ca veut dire 10 fois moins cher que le gaz naturel sans déchets radioactives ou de contamination, parce que souvenons nous, c’est tout ca pour l’utilisation de vapeur : de l’eau et aucune autre.

 

Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Les commentaires sont fermés.