Inspections à la Leonardo Corporation

Après les attaques, les critiques, le scepticisme galopant des rivaux de Rossi c’est au tour de la Florida Bureau of Radiation Control, de se rendre auprès de la compagnie de Rossi pour effectuer un contrôle sur l’émission de radiations.
Il y a de cela quelques jours en effet, l’ingénieur italien a reçu à Miami la visite des inspecteurs qui avaient été expressément appelés pour confirmer ou infirmer la présence de problèmes et de dangers dans l’activité de la Leonardo Corporation. Ce signalement provenait d’un certain Gary Wright qui dénonçait cette société pour fabrication de dispositifs à risque de radiations sans aucune licence et demandait donc de vérifier si ce qui était produit dans le siège de la société de Rossi était conforme aux normes de sécurité et légitime.

L’issue de cette vérification fut favorable pour Rossi et pour son activité qui a été déclarée effectivement sûre et légale. Cela nous porterait donc à croire que la mystérieuse usine, au sujet de laquelle Rossi continue à ne vouloir dévoiler aucun détail quant à son emplacement, pourrait se trouver à Miami. Mais l’on se demande également comment cela fait-il que la réaction au sein du catalyseur d’énergie soit due à la fusion froide si aucune radiation n’est produite ?

Or, les déclarations qu’Andrea Rossi a faites aux officiers au cours de leur visite a créé une grande pagaïe car dans ces déclarations l’ingénieur italien s’est totalement contredit par rapport à ce qu’il avait déclaré au cours des mois précédents. Il a affirmé aux inspecteurs qu’actuellement la production, la distribution et l’utilisation de ses réacteurs se feraient donc aux USA.
L’on imagine fort bien dans quel état d’âme se trouvent les fans et les supporters de Rossi qui rappelons-le sont au nombre de 100.000 à avoir déjà passé une pré-commande pour l’achat de l’E-cat. Le désarroi et l’incrédulité de son public a bien évidemment atteint des degrés inimaginable.

Pourtant, dans son blog, l’inventeur de l’E-cat rassure les usagers en continuant de dire que rien n’a changé par rapport à la situation précédent ces inspections et que la panique déclenchée au sein de ses défenseurs a été provoquée par ses ennemis.

Et la première conséquence de ces inspections a déjà eu lieu. L’un des souteneurs principaux de Rossi, Sterling D. Allan, semble cette fois-ci avoir été profondément déçu. Et il a manifesté cette déception dans les pages de PESN (Pure Energy Systems Network) où il en est même arrivé au point de s’excuser avec tous ceux qu’il avait encouragé à faire des affaires avec Andrea Rossi.

Est-ce pour ne pas perdre le nombre exorbitant d’acheteurs potentiels que Rossi continue implacable à rassurer ses fans, ou est-ce pour préserver son invention aux yeux des inspecteurs au point de déclarer d’en limiter la vente aux USA … encore une fois la clarté et la transparence cèdent la place aux doutes et aux incertitudes …

Une réponse to “Inspections à la Leonardo Corporation”

  1. Fred says:

    Bonjour

    Déçu/pas déçu, voilà des sentiments bien humains qui fleurent bon le Romantisme (contre lequel je n’ai rien par ailleurs)

    Simplement, il suffit de prendre un peu de recul et de considérer:

    -Ou bien “l’Affaire Rossi” est une arnaque et la saga est pleine de suspens

    -Ou bien le générateur en question tiendra ses promesses et là, nous entrons dans une toute autre dimension

    La dimension de la “révolution” que représente cette technique.

    Révolution qui appelle les manoeuvres les plus inimaginables de la part des groupes d’intérêts “tout-puissants” concernés par cette technique: des gouvernements, des groupes financiers, des producteurs et des distributeurs d’énergie…

    Pouvons-nous un seul instant penser que tous ces groupes vont rester des spectateurs passifs devant les événements liés aux démarches de M. Rossi?

    A moins d’être naïf, bien sûr que non!

    Alors pourquoi s’étonner des contradictions observées dans cette affaire?

    Prenons acte de ces événements, commentons-les, approuvons ou désapprouvons, essayons de séparer l’Info de l’Intox (bon courage!), mais cessons de nous étonner de chaque péripétie communicationnelle des acteurs concernés

    Nous pouvons aussi agir

    Dans ce cas, ouvrons le débat d’idées pour savoir ce qu’il y aurait de mieux à faire en temps réel, mais de grâce, cessons de jouer les “vierges effarouchées” à chaque mot ou à chaque “pet de travers” de l’un ou l’autre des intervenants

    Restons (ou devenons) adultes dans ces circonstances où, CAS ÉCHÉANT, une révolution énergétique et toutes ses conséquences sont susceptibles de modifier, voir renverser des équilibres aux enjeux planétaires