Fusion froide: le test au MIT est un échec selon Krivit

L’expérimentation réalisé par la JET Energy auprès du MIT concernant un réacteur à fusion froide avait rallumé les enthousiasmes auprès des partisans de la fusion froide. Par le biais de la technologie dite LANR elle aurait décuplé l’énergie introduite dans le circuit pour activer la réaction nucléaire. Un excellent résultat semblait-il.
Mais cet enthousiasme a vite été abbattu par un journaliste qui, dans le monde des LENR, a toujours de quoi remettre en cause chaque nouvelle découverte et tout espoir qui en découle.
Il s’agit bien évidemment du plus grand rival d’Andrea Rossi, le blogger Steven B. Krivit qui n’a de cesse de détruire tous les rêves que les articles parlant des progrès et des nombreux obstacles franchis par l’Ecat sont en mesure de susciter au sein de ses lecteurs. Le même traitement est donc bien évidemment réservé au test réalisé par la Jet Energy. Il ne perd donc pas l’occasion de mettre en discussion également les résultats fournis par le MIT: “ok une expérimentation a été conduite dans une prestigieuse université américaine – probablement la plus prestigieuse au monde, dans ce secteur, mais quels ont été les résultats ?”

Krivit conteste le fait de parler d’une augmentation de 10 fois supérieure et fait noter que cela est en réalité un truc pour cacher la vraie entité de cette expérimentation.

Lorsqu’il s’agit de fusion froide nous avons été habitués par Andrea Rossi à entendre parler de Mega Watt. Donc psychologiquement nous nous attendons à ce que sur l’échelle soit mentionné la valeur: x10 à la rigueur nous pouvons imaginer que l’expérimentation soit réduite à quelques watts. En revanche, le test au MIT travaillait sur des quantités énergétiques dérisoires. Le pic de production énergétique enregistrée a atteint le nombre de 80 milliwatt ! » !

En somme, si nous considérons que tout le processus n’a pas duré plus de trois minutes, il n’y a vraiment pas de quoi se réjouir. Il semblerait même qu’un chercheur sur les phénomènes LENR l’aurait confirmé à Krivit.

Les expérimentations conduites seraient donc du même ordre  que les très nombreux tests de ce genre qui ont été menés au cours des 23 dernières années. La différence est qu’actuellement, vu qu’Andrea Rossi a attiré l’attention sur ce phénomène depuis pratiquement une année, le fait d’en parler constamment a fourni le prétexte à tout scientifique d’en faire autant. L’accès est libre à d’autres chercheurs qui font parler de leurs tests et de lerus résultats, aussi moindre que celui soit-il.

Bien évidemment seul le temps nous dira si le scepticisme de Krivit et des autres détracteurs de la fusion froide est réellement fondé ou si en revanche les tentatives de dissuasion à l’égard de la fusion froide ne sont en réalité que des mesures préventives de la part de ceux qui continuent, comme par le passé, à vouloir à tout prix mettre des bâtons dans les roues à un phénomène qui a bel et bien démontré à plusieurs reprises d’exister réellement…

2 réponses to “Fusion froide: le test au MIT est un échec selon Krivit”

  1. Gérard2012 says:

    TROJAN

    La stratégie de Monsieur Steven B. Krivit’s est limpide et sera la règle d’or des ennemis de la technologie LENR.
    Ils se positionnent comme des partisans ouverts aux nouvelles technologies et notamment de la fusion froide ou LENR. Ils réalisent des interviews condescendantes voir encourageante pour Mr Andréa Rossi et ses amis, cela leurs permet de se donner une crédibilité de sérieux et d’objectivité scientifique. Ensuite conforté dans leurs image publique de sérieux et de pragmatismes. Ils peuvent attaquer, ce que fait actuellement Monsieur Steven B. Krivit’s.
    Ils utilisent la stratégie du cheval de Troie pour mieux battre leurs adversaires et donner une image publique d’amateurs et d’imposteurs… Cela ne vous rappellent rien?
    Comment les battre, en retournant leur mauvais arguments par des personnes publiques inattaquables qui les rendront ridicules et “Has been”.

  2. Alain says:

    attention,
    l’affaire s’est encore compliquée récemment
    le docteur Swartz a répondu furieux et vindicatif, avec un dossier accusant krivits d’une sorte de partialité traitre régulière…
    Il a aussi diffusé ses données, que Krivist avait récupéré assez mal.
    en gros l’expérinece a duré plusieurs heures, et a produit environ 80mW de chaleur anormale.
    c’est plus de 10 fois plus ce qui était injecté, mais ca laisse encore des doutes en calorimétrie, car a ces faible spuissance des effets non linéaires peuvent cacher la puissance injectée (et donc faire paraitre la puissance générée plus grosse en proportion)

    Krivits a alors fait une réponse
    http://blog.newenergytimes.com/2012/02/06/swartz-responds-to-our-reports-about-his-claims/
    ou il reprend les résultats, reconnais péniblement ses erreurs, se plain du manque et de la mauvaise qualité des informations…

    le professeurs lui est aussi connu pou, comme rossi, voir des complots un peu partout… quand a krivit il est accusé d’être partial, de rouler pour Larsen et sa théorie…

    moi Krivits je l’aime bien, et sa théorie fétiche Widom-Larsen, je comprend qu’elle séduise.
    Francement elle n’a rien de révolutionaire et colle bien aux faits, même certaines expériences bizares, parfois très anciennes (fin 19e, début 20e).

    allez voir la pile de transparents d’index sur les publications et autres pile de transparents
    http://www.slideshare.net/lewisglarsen/lattice-energy-llcindex-to-concepts-experiments-and-documents-september-14-2009
    ils sont assez compréhensibles si vous avez de bonnes bases de vulgarisation en MQ…

    d’ailleurs elle semble séduire le CERN qui va faire une conférence sur la fusion froide, et la théori Widom-Larsen aura sa place
    http://blog.newenergytimes.com/2012/02/08/cern-recognizes-lenrs-widom-larsen-theory/