Fusion froide, le processus de validation du Hot cat sera achevé dans les trois mois

Au cours de ces derniers jours, nous avons reporté les trois rapports (http://www.scribd.com/doc/105322688/Penon4-1; http://www.scribd.com/doc/105325449/Hot-Cat-Data; http://www.scribd.com/doc/105326231/Corrections) que l’Ing. Rossi a exposés à l’occasion de la Conférence de présentation de l’E-cat qui a eu lieu à Zürich le week-end dernier. Aujourd’hui la Prometeon Srl, licenciée italienne de l’E-cat, revendique les succès remportés. Un communiqué de presse émis par la société dit que: « Les premiers tests  sur l’E-cat à haute température – appelé « Hot cat » – se sont terminés avec succès, avec la signature d’un rapport technique de la part de trois experts  parmi les différents experts présents à ces tests, qui ont eu lieu à Bologne le 17 juillet et le 7 août dernier, et qui représentent les étapes initiales du processus de validation du produit révolutionnaire pour produire de l’énergie à bon marché inventé par l’Ing. Andrea Rossi ».
Les trois experts en question sont Fabio Penon, ingénieur nucléaire et responsable de la certification de l’E-cat, Fulvio Fabiani, qui travaille pour la société Leonardo Corporation en tant que spécialiste du système de contrôle électronique de l’E-cat et le Dott. David Bianchini, physicien à l’Université de Bologne, parmi les plus respectés en Italie pour la mesure officielle des radiations ionisantes. La déclaration souligne que: « les noms des autres valideurs sont pour le moment encore confidentiels ».
Concernant ces deux tests, l’Ing. Rossi, a lui aussi exprimé sa satisfaction: « nous sommes extrêmement satisfaits du travail accompli, » a-t-il dit – parce que c’est la deuxième validation indépendante que nous avons obtenue en un mois.[...]  « Ce que nous avons publié n’est pas le rapport final – a précisé l’inventeur – car les mesures seront répétées plusieurs fois dans les mois à venir afin d’assurer une fiabilité maximale des résultats et du produit ».

La photo ci-dessus représente le prototype du Hot cat photographié lors du test de validation du 16 juillet 2012. Au premier plan, on voit le réacteur composé de deux cylindres concentriques entre lesquels il y a le combustible. La température moyenne maximale lors de l’essai était d’environ 800 ° C, il n’est guère surprenant alors que l’E-cat ressemble à une fournaise. (Droit d’auteur en 2012. Ing. Domenico Fioravanti- citation de la source obligatoire)

Par rapport aux tests effectués l’an dernier sur l’E-cat à basse température, le test du mois de juillet sur le Hot cat a été fait avec une technique d’estimation de l’énergie minimale produite très simplement: « En pratique, dans un réacteur composé de deux cylindres concentriques, parmi lesquels il y a deux résistances de chauffage et de la matière active, la température extérieure T a été mesurée chaque minute avec une thermo-caméra sensible aux infrarouges, puis connaissance la surface rayonnante A il a été possible d’estimer l’énergie E rayonnée en appliquant la Loi de Stefan-Boltzmann (E = constante x A x T^4) et aussi en adoptant par prudence d’autres hypothèses afin d’empêcher toute surestimation. »

Compte tenu de cette méthodologie et que l’énergie rayonnée, bien qu’elle ait presque atteint 800 ° C, exprime seulement une partie de l’énergie dissipée par l’E-cat car il faut également considérer l’élimination de la chaleur par conduction et convection: «E-cat est une invention qui fonctionne avec un type de réactions différentes par rapports à celles chimiques.. » Donc dans le diagramme de Ragone, « l’E-cat se situe, malgré la grande sous-estimation de toutes les valeurs en jeu, dans une région de densité énergétique bien plus élevée que celle des autres sources d’énergie, concentrées dans une région restreinte: l’E-cat donc ne fonctionne pas à l’aide de piles, de condensateurs ou d’autres systèmes de stockage d’énergie. »”.
Ces tests n’avaient pas pour but de mesurer le COP (coefficient de performance), pour l’E-cat ont la valeur était garantie à 6 c’est-à-dire l’énergie produite est six fois plus élevée que celle introduite. Cela a suscité des doutes quant à l’E-cat à basse température car l’ing. Rossi avait signalé des valeurs beaucoup plus élevées, mais comme Andrea Rossi à Zürich, la Prometeon explique que: «COP pourrait être beaucoup plus élevé (jusqu’à 100-200 dans les tests à la limite), mais il sera maintenu à cette valeur, même à l’avenir, pour des raisons de sécurité. »
Ces données sont encore «partielles et provisoires. Dans les prochaines semaines, d’autres tests sont en cours pour tenir compte de certaines observations utiles faites par divers experts et observateurs indépendants qui ont eu l’occasion de participer à des tests récents du Hot cat, et le processus de validation se terminera – très probablement – dans environ 3 mois, avec la publication de données finales et complètes de la part de tierce partie impartiale et professionnelle

 

 

 

 

 

 

 

 

Le diagramme de Ragone montre que les systèmes de stockage énergétique conventionnels, à savoir non nucléaires, se situent dans une région restreinte. L’E-cat, en revanche, en fonction des mesures effectuées par les experts présents au test du 16 juillet, se situe en dehors de cette région: c’est une source d’autre type (Copyright 2012 – professeur Ahmed Ghoniem citation obligatoire de la source)

Les commentaires sont fermés.