Fusion froide: de nouveaux tests américains pour la cellule de Celani

Bien qu’en ce moment il n’y ait aucune nouveauté en ce qui concerne l’E-cat, les partisans de la fusion froide ont néanmoins de quoi se réjouir. En effet, l’attention de ceux qui suivent de près les vicissitudes de la fusion froide s’est tournée et se concentre cette fois-ci vers le professeur Francesco Celani et sa cellule, qui représenterait le coeur d’un E-cat alternatif à celui de l’ingénieur Andrea Rossi. La deuxième version de cette cellule devrait avoir marqué la naissance d’une phase d’expérimentation indépendante qui aurait, semble-t-il, déjà débuté hier et qui aurait obtenu un résultat positif lors de la réplique de l’expérimentation du professeur Francesco Celani. Sa mise en place bien évidemment a été confiée au Martin Fleischmann Memorial Project, l’organisation no profit née à la suite de l’ICCF 17, et c’est Bob Greenyer qui a annoncé cette nouvelle. C’est justement pour avoir permis la répliquer de ses tests que Celani a obtenu davantage de crédit, contrairement à Andrea Rossi qui s’est toujours refusé de faire tester son E-cat à des expérimentateurs indépendants et ne fait qu’alimenter ainsi les soupçons quant à sa bonne foi.

Les critiques remarqueront que le FMPM pourra difficilement être considéré comme totalement indépendant et neutre. Ne serait-ce qu’en raison de son nom qui dénote bien évidemment une forte corrélation avec le thème des LENR (Martin Fleischmann a été l’un des pères, l’un des plus contestés, de la recherche en la matière). Mais pour les partisans des travaux de Rossi, de Focardi, de Celani et des autres, ce scepticisme ne serait probablement dû qu’à une trop grande indulgence de leur part à l’égard des pouvoirs dominants, académiquement parlant.

Quoi qu’il en soit, Bob Greenyer, en liaison streeming avec les autres chercheurs FMPM lors de Coherence 2012, s’est montré très satisfait et confiant: la Cellule européenne, comme elle a été rebaptisée, marcherait. Ces tests, n’oublions pas, arrivent (ou arriveraient) après ceux que la STMicrolectronics (société italo-française ayant son siège à Genève et produisant des semi-conducteurs) a déjà réalisés et que Celani a déjà annoncé comme ayant remporté un grand succès.

En bref, le réacteur du chercheur italien fonctionnerait parfaitement même étant à l’écart du laboratoire de son créateur. Le travail du FMPM serait cependant celui aussi de mettre au point un produit fini. C’est dans ce but qu’un contact téléphonique continu serait également en cours avec le professeur Francesco Celani.

Le mois de décembre, bien qu’étant riche en festivités, promet d’être un mois important pour la longue « Odyssée » de la fusion froide…

Les commentaires sont fermés.