Archive pour la catégorie ‘Andrea Rossi’

Malgré d’être privé, le E-cat 28 octobre a réussi.

Tuesday 8 November 2011

Finalement les résultats sont arrivés. Ce dernier 28 Octobre Andrea Rossi a réussi montrer aux investisseurs privés les résultats de son modèle 1MW de réacteur de fusion froide.

Les expérimentes ont été conduites par le même Andrea Rossi et son main droite Prof. Guiseppe Levi. Uniquement 30 invités furent appelés à regarder l’expérimente. Il y a des raisons pour ca ; la première est que l’investisseur veut rester anonyme encore avec ses ingénieurs et scientifiques qui ont été là pour évaluer l’exécution du réacteur. La deuxième est qu’il avait des problèmes aussi mais malgré tout, les résultats ont été définitifs. Il est mis en marche.

Les gens ont commence à arriver environ 10hrs mais tout s’était déroulé à partir 11hrs.

Un grand genset, qui fait bruit dedans un conteneur maritime avec le 1MW E-cat, a fourni toute l’énergie. Lorsque les logements de températures ont réchauffé, la réaction les a soutenus. Les ingénieurs ont vérifie que les niveaux de puissance étaient stables.

Il y avait 100 modules E-cat avec 3 logements de réaction chacun. Le vapeur a été produit par des unités et ils ont été jetés dehors par deux pipes. Le vapeur ne s’est mis pas en utilization cette fois, mais il a été tubé dans deux radiateurs qui les distillent et les remettait dans le système, sans aucun déchet d’énergie.

Ces unîtes ont été contrôlés par des ordinateurs qui aussi enregistrent les températures. La température a toujours basculé entre les 19°C d’entrée et 109°C de sorti. Déjà épreuve du fonctionnement, n’est pas ?

 

Et maintenant, le plus grand concerne de tous en écoutant la parole « Fusion » : la radiation.

D’ailleurs, la fusion passe entre 1g de hydrogène et le nickel dans une unité hermétique. Le nickel se fuse avec l’hydrogène – à cause de qu’ils sont a seulement une unité de séparation dans la table atomique – et finalement des cendres de cuivre sont produites. Quelques fois, le palladium peut s’utiliser comme un catalyseur.

Dr. Bianchini de l’Université de Bologne a été le responsable de contrôler et de mesurer les niveaux de radiation qui ont été détectés entre les niveaux normales.

Ca, selon Prof. Levi, parce que le E-cat a un dispositif construite par de l’eau, que fonctionne comme un écu contre la radiation avec aussi le fer, le fil et un revêtement final.

 

Tests, tests et encore plus des tests.

 

On aurait bien entendu déjà sur les tests faites en Octobre 6, il y a moins d’un mois, donc, quelles sont les différences ?

Dans le premier test, 1 de 3 réacteurs ont été utilisés. Les quantités d’hydrogène et de catalyseur nickel ont été réduites aussi en comparaison de cette fois.

Les deux fois, les réacteurs on travaillé en mode « auto-soutien » mais par des différentes raisons : la première fois parce que on a enregistré une perde d’énergie au système écu d‘eau et la deuxième parce que il y a eu un problème : la manque de plus d’ordis pour contrôler les unités.

À différence, les résultats de la première fois, impressionnant aussi même, mais ils ont marqué la production de 25.8Kwh en consommant seulement 3.9Kwh. Le fameux COP 6. De l’autre coté, les expérimentes du 28 Octobre ont montré une production de 479Kw par heure pendant 5,5hrs que l’expérimente a pris. 87,09Kwh en consommant aussi 3.9Kwh.

Et moi … ?

 

Ces sujets sont très loin de la majorité de nous tous, mais en faisant un peu d’histoire on peut bien comprendre. Les révolutions industrielles sont nées à partir d’un changement de combustible. La première fois en utilisant le charbon, les trains, locomoteurs et bruleurs ont chauffé pour produire de vapeur.

La technique était bien difficile en raison des périls pour l’ingestion du charbon et autres gazes aussi comme le grand espace compris pour les dispositifs. C’est comme ça que l’homme a changé vers sa deuxième révolution industrielle, le pétrole.

On est dans une saison des changements irréfutables mais aussi immédiats. Avec ça des nouvelles sources d’énergie sont découverts mais, on ne connaît rien encore sur une troisième révolution industrielle, n’est pas ?

Pour ce type d’énergie nucléaire, l’E-cat ne vous demande des plantes comme en Tchernobyl ouFukushima. L’E-cat vous demande un espace pas plus grand que ce d’un conteneur maritime pour produire 29 fois plus la consommation d’énergie que notre corps en a besoin. Chaque jour un européenconsomme KWh pour tous ses activités. Une ampoule produit 1KWh pendant toute une journée.

Avec  des épreuves plus solides, on peut bien estimer l’économie. Le cout de $2,000USD par KW peut se réduit en $100USD lorsque l’E-Cat est produit en masse. Ca veut dire 10 fois moins cher que le gaz naturel sans déchets radioactives ou de contamination, parce que souvenons nous, c’est tout ca pour l’utilisation de vapeur : de l’eau et aucune autre.

 

Analyse détaillée du dernier test de l’E-cat

Monday 17 October 2011

Un certain Bob Higgins de Motorola Solutions a effectué une analyse concernant les résultats du test de l’E-cat du 6 octobre dernier. Il présente un page web contenant des diagrammes, des tableaux et des explications couvrant le déroulement et l’aboutissement de l’expérience. La page web se trouve sur le site suivant: http://lenr.qumbu.com/rossi_ecat_oct11_a.php. Le mail mettant à jour cette analyse peut être lu sur la mailing list suivante: http://www.mail-archive.com/vortex-l@eskimo.com/msg52921.html.

Le mail explique rapidement le fonctionnement de l’E-cat. Il indique que la chaleur est emmagasinée grâce à l’eau dans laquelle git le réacteur. Après 173 minutes du début, l’E-cat se remplit d’eau complétement et l’eau chaude coule dans l’échangeur thermique. Une partie de l’énergie produite se perd alors rapidement. Après la 185 ème minute, la vapeur d’eau commence à se former. Le e-mail donne également des chiffres sur la balance énergétique du réacteur. Principalement on remarque les valeurs entrantes et sortantes c’est-à-dire la quantité totale d’énergie électrique servie au réacteur qui est de 8,97 hWh et la quantité totale de chaleur produite par l’E-cat qui s’élève à 33,76 kWh. On voit aussi les différences de températures au niveau de l’eau qui est introduite dans l’E-cat ainsi à l’entrée la température de l’eau n’est que de 25,5°C alors qu’à la sortie elle est de 97,7°C.

Cette nouvelle analyse s’accompagne d’un intérêt croissant pour le travail d’Andrea Rossi. Ainsi de plus en plus de journaux en lignes et de blogs écrivent sur l’E-cat et se demandent si l’E-cat va révolutionner la production d’énergie. Jusqu’à maintenant l’E-cat n’a été l’appanage que de la presse spécialisée et encore. De jour en jour, avec chaque test, chaque expérimentation, l’E-cat se fraye un chemin vers les devants de la scène, se plaçant petit à petit comme un concurrent sérieux pour les autres formes de productions d’énergie. Comme la affirmé un représentant la Confindustria italienne l’E-cat pourrait s’avérer être une alternative aux énergies renouvelables qui selon lui coûtent cher aux nations telles que l’italie qui s’est engagée auprès de l’union européenne pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre en produisant de l’énergie à partir de sources autres que les énergies fossiles. Il est maintenant courant de voir le test de l’E-cat en vidéo ou en images ce qui n’était pas le cas précédemment.

Concernant le prochain test de l’E-cat qui aura lieu le 28 octobre, M. Rossi a annoncé qu’il ne dirigerait pas le déroulement du test mais que se serait son client mystère que le ferait avec l’aide de ses consultants. L’inventeur du réacteur entend prouver la véracité du fonctionnement du fruit de son travail. Il laisse aussi entendre que l’unité d’un MW pourrait être lancée dans son mode de production autonome pour une période plus longue que la fois précédente.

Un client inconnu va dicter les règles du prochain test de l’E-cat

Thursday 13 October 2011

L’anticipation est grandissante et les attentes sont grandes suite à l’annonce du test de l’E-cat d’Andrea Rossi pour le 28 octobre à Bologne en Italie. Les conditions du test préliminaire de l’unité d’un MW vont être décidés par le client. La question maintenant reste de savoir qui est ce client. Certains suspectent Kleiner Perkins Caufield & Byers, une société de capital risque basée à la silicon valley en californie qui investit activement dans l’énergie verte, d’être le client mystère mais celle-ci a nié être en relation avec Andrea Rossi ou l’E-cat. Cette information est apparue lors d’une interview avec M. Rossi:

Q: Pourquoi n’avez-vous pas utilisé un système automatique pour prendre les mesures lors de la démonstration?

R: Je préfère qu’elles soient prises manuellement car on pourrait supposer que les données enregistrées par un ordianteur soient fausses.

Q: Pourquoi avoir limité la durée du test à trois heures seulement, pourquoi pas 30 ou 300 heures?

R: Un test public ne peut pas durer 30 ou 300 heures, comme vous avez pu voir, nous avons commencé à 9h30 et finit à minuit. Il aurait été difficile de garder une audience plus longtemps. Une centrale marche 24h sur 24.

Q: Ne croyez-vous pas qu’un test d’au moins 24h aurait suffit  à dissiper les réservations quant à la nature de ce qui se passes à l’intérieur de l’E-cat?

R: N’importe quelle personne qui aurait vu le test et étudié les courbes de températures aurait déduit que le test n’était pas biaisé.

Q: Que pouvez-vous nous dire concernant le générateur de fréquences radio?

R: Cette information est confidentielle.

Q: A la fin vous avez dit que le test a servi à identifier certains problèmes, pouvez-vous nous en dire plus?

R: Je m’excuse de ne pas pouvoir aller plus en détail car ce sont des information confidentielles.

Q: Que pouvez-vous nous dire à propos de l’unité d’un MW?

R: L’unité d’un MW sera testée le 28 octobre à Bologne en présence de notre client.

Q: Qui est ce client?

R: Je suis désolé mais l’identité de notre reste pour l’instant confidentielle.

Il a aussi été révélé que la boite qui logeait le réacteur contenait 30 litres d’eau et servait à récupérer la chaleur produite par l’E-cat. Les pompes introduisaient l’eau par le bas de la boite, l’eau s’échappe ensuite par le haut après s’être évaporée. La capacité des pompes est de 15 litres par heure, il faut donc 2 heures pour remplir la boite. L’eau commence cependant à s’évaporer bien avant que la boite ne se remplisse complétement.

L’invention de Rossi

Tuesday 4 October 2011

La consommation d’énergies non renouvelable ne cesse de croître dans le monde, ce qui a entraîné à une crise énergétique. Cependant, même si on place des panneaux solaires à travers les Etats-Unis et qu’on met des éoliennes sur toutes les côtes du pays, nous ne seront toujours pas en mesure de produire la même quantité d’énergie que nous produisons de nos jours. Néanmoins, la fusion froide est la seule ressource renouvelable capable de fournir suffisamment d’énergie qui pourra ainsi remplacer le pétrole, le gaz et le charbon.

On peut se demander alors, quelle sera la solution pour assurer un avenir sain et riche en énergie? Et à quoi ressemblera le monde si on pouvait obtenir une source d’énergie qui ne s’épuisera jamais?
Trouver les réponses à ces questions mettra l’humanité en position de résoudre l’une des plus grandes énigmes qu’elle ait connu. Assurant ainsi un épanouissement humanitaire, les gens seront capables d’obtenir de l’énergie dans les quatre coins du monde avec des prix raisonnables et le secteur économique gagnera énormément si une réserve énergétique illimitée soit disponible.

Que ce que c’est que l’E-CAT?

Un scientifique du nom d’Andrea Rossi a surgi avec un moyen pour créer une forme de fusion froide qui est sûr et efficace.

En Janvier 2011, l’inventeur italien Andrea Rossi et son ami Sergio Focardi (son partenaire d’affaires et consultant à la fois) ont inventé un appareil appelé le catalyseur d’énergie ou l’E-CAT. Ce dispositif est capable de produire une grande quantité de chaleur en combinant le métal de Nickel en poudre, le gaz d’hydrogène et un catalyseur qui n’est pas connu à l’intérieur de l’appareil, tout ça dans une réaction nucléaire à basse énergie (LENR).Ce processus se passe dans une chambre particulière à l’intérieur du dispositif.

Si une source de chaleur externe est appliquée durant le processus de LENR, le noyau d’un atome d’hydrogène, qui est connu comme un proton est capable de pénétrer le noyau de l’élément nickel, créant ainsi une fusion de nickel-hydrogène. Quand cette opération s’achève, l’atome de nickel se transforme en cuivre et produit instantanément une grande quantité d’énergie thermique.

L’énergie produite par la fusion nickel-hydrogène est utilisée pour bouillir l’eau qui sort après de l’E-CAT sous forme de vapeur ou d’eau chaude. Le plomb et le bore sont utilisés comme un bouclier protecteur, afin de protéger l’environnement et les utilisateurs des radiations nocives durant le processus de la fusion froide. A la fin de cette opération, lorsque les réactions sont terminées et que la source de chaleur externe est désactivée, aucun déchet radioactif n’est dégagé.

Ce qui rend cet appareil unique est sa capacité de produire une grande quantité d’énergie bien large que n’importe quel autre processus de fusion, et surtout beaucoup plus moins cher. Les éléments utilisés sont beaucoup plus propres et écologiques et ils sont disponibles sur le marché avec un prix très raisonnable.Contrairement à la fission nucléaire traditionnelle, l’E-Cat ne libère aucun gaz à effet de serre ou CO2 qui peuvent nuire à la couche d’ozone.

Les acheteurs potentiels de l’invention E-Cat ?

Andrea Rossi avait besoin de financement afin qu’il puisse développer sont E-Cat et tester sa fonctionnalité. Malheureusement il ne pouvait pas demander de l’aide financière à la communauté scientifique qui avait complètement discrédité la fusion froide.
Par contre, Andrea Rossi s’est adressé vers les capitalistes et les entrepreneurs pour demander une aide financière qu’il a réussi à obtenir avec succès.

1.Defkalion Green Technologies
En Février 2011, Andrea Rossi a conclu une entente avec une société d’énergie grecque du nom de « Defkalion Green Technologies » afin de commercialiser son dispositif E-Cat.
Rossi s’est mis d’accord avec l’entreprise afin de lui délivrer une installation de chauffage d’un mégawatt qui se composerait de trois-cent réacteurs de quatre kW. Cela resterait uniquement un bénéfice de la société et ne doit être vendu ou commercialisé.

Cependant, en Août 2011, Andrea Rossi annonça l’annulation de son contrat avec l’entreprise « Defkalion Green Technologies » qui n’était pas en mesure de respecter ses obligations financières en temps voulu. Cette déclaration a également été confirmée par un membre du conseil de « Defkalion Green Technologies ».

2.AmpEnergo
Selon plusieurs journaux et magazines nucléaires, Andrea Rossi a conclu un accord avec la société américaine “AmpEnergo” en Mai 2011, pour un montant qui n’a pas été dévoilé au grand public. Ils se sont mis d’accord sur le faite que Rossi recevra les droits d’auteur sur la vente des licences et des produits qui ont été construits sous le concept de son appareil E-Cat.

Tout au long de l’histoire, le sujet de la fusion froide a été discrédité depuis la fin des années 1980. En outre, Andrea Rossi est resté toujours prêt à prouver qu’il ya un dispositif capable de produire une source d’énergie renouvelable propre et de très longue durée.