Fusion froide: en direct sur la CNBC

La chaîne CNBC transmet sur la TV également par satellite. C’est une chaîne d’actualité en continu. Elle consacrera son émission 60 minutes de demain, 17 juillet 2012, à 21h00 à la fusion froide.
D’après le titre qui a été communiqué sur le réseau, “Cold Fusion is hot again” (la fusion froide est de nouveau chaude) ce programme, dédié aux découvertes scientifiques, promet d’être fort intéressant. S’ensuit également un bref exposé concernant les échecs passés et les découvertes toutes récentes.
Il est fort probable que cette émission soit la réplique de celle qui a été transmise en 2009, à laquelle auront été seulement  ajoutées quelque mises à jour. Mais cela vaut néanmoins la peine d’y jeter un coup d’œil.

Par ailleurs, grâce à la revue Next Big Future qui a dédié un article sur le thème de la fusion froide, une nouvelle fort intéressante a été révélée, bien que concernant des sujets différents par rapprot à ceux dont nous parlons habituellement.
Cette revue a en effet publié la version pdf d’un document datant du mois de février 2012  et dont le titre est: Department of Defense Fiscal Year (FY) 2013 Preisdent’s Budget Submission) qui reporte les prévisions du budget pour l’année 2013 en ce qui concerne la DARPA (US Defense Advanced Research Projects Agency – Agence de Recherche Avancée pour la Défense Américaine). Parmi les différentes catégories indiquées, il est fait mention de la recherche conduite en collaboration avec le Département Italien pour l’Energie (cette collaboration est citée à partir de la page 51).

Sur le plan financier pour cette recherche intitulée “Fundamentals of Nanoscale and Emergent Effects and Engineered Devices” il a été prévu un budget pour la période allant de 2011 à 2013 estimé à environ 30 millions de dollars. En pratique, les études se concentreront sur la définition des paramètres d’une échelle dans les processus de génération de chaleur en excès. Et la production de chaleur en excès est exactement le processus qui fait l’objet des études de la part des chercheurs dans le domaine des LENR et de la fusion froide.

Serions-nous donc  en face d’un changement dans les modes de penser des plus grands chercheurs au niveau mondial ? Sommes-nous en train d’assister à une ouverture des mentalités, généralement encadrées, des scientifiques au service du domaine militaire ?

Probablement celle-ci constitue la preuve que finalement même les milieux les plus réticents commencent à croire en la fusion froide ?  Il est encore trop tôt pour l’affirmer mais du moins la recherche a atteint d’autres horizons et va de l’avant…

Les commentaires sont fermés.